Apprendre à s’aimer

La vie en boucle s'aimer.
Avec l’avènement des réseaux sociaux et de ses incontournables selfies, on fait face à une avalanche d’égos surdimensionnés. Pourtant, paradoxalement, la chirurgie esthétique n’a jamais été autant banalisée. Aujourd’hui certaines filles sont méconnaissables d’une année sur l’autre.
Et si finalement, tout ça n’était qu’un leurre et que les femmes devaient apprendre à s’aimer ?

Apprendre à s’aimer, c’est accepter qui l’on est et ce que l’on est sans chercher à en cacher ou à en dénaturer une partie. C’est s’accepter en entier sans condition. Vis versa, c’est se porter un amour inconditionnel.

Quand on aime quelqu’un, on l’aime avec ses défauts qui s’effacent devant ses qualités. Pourtant, pour beaucoup, on fait l’inverse avec soi-même: les défauts prennent le pas sur les qualités qu’on ne relève même plus, qui ne sont jamais suffisantes ou qui sont acquises. On se plaint d’un nez trop prononcé, de hanches trop larges, de jambes trop courtes d’un ventre un peu trop rebondi…

On se focalise dessus en les rendant responsables de notre mal-être. Se dénigrer devient une habitude et nos pensées à notre encontre sont d’une telle violence. Sans s’en rendre compte, on ancre profondément en nous des idées négatives qui deviennent progressivement une vérité générale. Celle-ci engendre un mal être, puis parfois de l’aigreur ou de la jalousie.

Aviez-vous vu la campagne de pub DOVE #penséesquirendbelle ?

Dans cette vidéo, on se rend vite compte que dites à haute voix les pensées qu’on dirige vers soi-même sont d’une violence telle qu’à long terme elles font des ravages sur l’estime de soi, la confiance en soi, le bien-être et donc sur l’épanouissement personnel.

Et si le bonheur résidait dans l'acceptation de soi plutôt que dans ce corps idéal difficilement… Click To Tweet

Rompre le cercle vicieux 

Pour s’en sortir, on se met au régime, au sport ou à la chirurgie esthétique dans l’espoir de voir notre mal être s’évaporer. Pourtant, après des années de régimes échoués et des heures de sport je me suis rendue compte que mes hanches ne disparaîtraient pas. Mon amour pour le chocolat non plus. Alors, une petite voix a commencé à pointer le bout de son nez : « Et si le bonheur résidait dans l’acceptation de soi plutôt que dans ce corps idéal difficilement atteignable ? » Elle grandit progressivement en moi. Finalement, j’ai réalisé que mon épanouissement personnel n’était pas inversement proportionnel à mon tour de hanches.

Alors oui, j’ai bien conscience que dans mon cas, mes défauts restent mineurs. Ils n’ont pas causé de graves maladies physiques ou psychiques. Pour d’autres, c’est plus compliqué et je le conçois parfaitement, je ne suis pas à leur place et je ne pourrais jamais juger leurs actes. Mais je sais également que de nombreuses autres jeunes femmes sont dans mon cas et font parfois une montagne d’un défaut insignifiant.

Pour vous, je vous dis que votre beauté ne réside en aucun cas dans l’effacement de vos « défauts« . Votre défaut est en réalité votre particularité. Ainsi, je suis convaincue que notre beauté réside dans l’acceptation de soi au naturel. Alors, acceptez votre naturel, faites de votre défaut une particularité. Celle-ci deviendra votre force et vous rayonnerez de beauté !

Faire de nos particularités notre force

Les femmes certifiées clones Kardashian ont envahi nos feeds instagram. Leur omniprésence nous pousse à croire qu’il existe un idéal de beauté auquel il faudrait tendre pour se sentir belle. Pourtant, la véritable beauté en est tout autre. Posez votre smartphone, levez la tête et cherchez une belle femme autour de vous. Je suis sûre que vous allez tomber sur une femme qui n’aura rien à voir avec une photo postbad instagram. Son sourire, son charisme ou ses cheveux saura attirer votre attention et vous vous direz « elle est jolie cette fille » ! En l’espace d’une minute, vous revenez à la réalité et vous réalisez que la beauté se trouve en chacun de nous : rousse, blonde, brune, petite, grande, épaisse, fine, noire, mate, claire… Sur Terre, il y en a pas deux comme nous (à l’exception des vraies jumelles OK), on a toutes au moins une particularité physique ou mentale qu’on considère comme un défaut. Au lieu d’essayer de la gommer, et si vous appreniez à l’accepter et à la sublimer ?

EMBRACE NOURISH CHERISH

Trois mots, simples. Voilà à quoi se cantonne la vision que j’ai de moi. Quelle que soit ma particularité que je voudrais gommer : mes cheveux bouclés pendant longtemps, mes hanches larges jusqu’à pas si longtemps; aujourd’hui je lâche prise et j’apprends à « embrasser, nourrir, chérir » ma particularité pour la sublimer !

Alors, on s’y met toutes ensemble ?

logo la vie en boucle

Comments

comments

You Might Also Like